CONNECT-IT

Acteur de la transformation des SSII ambitieuses

2013 : une année pour rien

SSII (ESN pour les initiés) : Une année pour rien ?

Les chiffres d’affaires publiés au titre du 3ème trimestre sont à l’image des précédents : médiocres !
9269742_s
Sur le trimestre, les 10 premières SSII enregistrent une décroissance de 1,2%. le Top 5 fait pire : -1,7% et le trio de tête encore pire avec une décroissance de 3,5% !
  • Sur les 9 premiers mois de l’année, le Top 10 est en croissance quasi-nulle (+0,2%) tandis que les 5 premières SSII (toujours aussi difficile de parler d’ESN) enregistrent un recul de 0,7% et que les 3 premières décroissent de plus de 2 % !

  • Ces chiffres, bien peu encourageants, sont de surcroit obtenus en intégrant la croissance externe. La décroissance organique est donc en réalité plus importante !

  • Restons optimistes : plusieurs SSII tirent leur épingle du jeu, tant sur le 3ème trimestre que sur les 9 premiers mois de l’année. Dans le Top 10, Altran, Sopra et GFI enregistrent des croissances à deux chiffres.

Quid de 2014 ?
16282784_s
Le Syntec, s’appuyant sur les carnets de commandes de ses adhérents prévoit une croissance de 1% en 2014.
Loin de moi l’idée de jeter la pierre sur ceux qui osent prédire un avenir plus radieux. Mais comme l’écrivait Niels Bohr, prix Nobel de physique, la prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur !
Néanmoins, quiconque a déjà travaillé sur un carnet de commandes sait pertinemment qu’il n’y a en la matière qu’une seule chose de sûre : les affaires déjà signées. Pour le reste, c’est juste une question de savoir jusqu’où tirer le trait et utiliser le bon coefficient de pondération.
Or, la majorité du chiffre d’affaires des petites et moyennes SSII, et une bonne partie de celui des plus grandes, est constituée de prestations couvertes par des commandes trimestrielles, que le client renouvelle ou non en fonction de ses besoins et contraintes.
On mesure alors toute l’incertitude qui pèse sur le carnet de commandes de la profession…


Lors d’une AG du Syntec il y a quelques années de cela, Louis Schweitzer, alors PDG de Renault, avait répondu au Président du Syntec de l’époque qui se félicitait des bons résultats de notre profession : « Je n’oublie pas que le chiffre d’affaires des SSII constitue une bonne part de mes dépenses ! ».
Soyons donc pragmatique, inutile de tirer des plans sur la comète. L’activité des SSII françaises, toujours fortement liée au marché français, dépendra essentiellement de l’état de santé de ses clients français et de leur niveau d’investissement.

Et vous, cher lecteur, vous le voyez comment ?

CONNECT-IT - N°SIREN 589 891 622 - TEL : 06 49 55 62 30 Contactez nous